Zimbabwe

Mission de novembre 2016

Cet atelier sur la conservation de l’art rupestre a été financé par l’Ambassade de France au Zimbabwe et l’UNESCO, avec la collaboration des National Museums and Monuments of Zimbawe et de l’Université du Zimbabwe. Dans un premier temps, des interventions en salle (Hôtel Cresta Jameson) ont eu lieu les 7 et 8 novembre 2016. Les participants du Zimbabwe mais aussi de Namibie, du Lesotho et du Swaziland ont présenté les altérations naturelles et les dégradations anthropiques notées sur les sites rupestres de chaque pays. Le pôle « Grottes Ornées » du Laboratoire de recherche des monuments historiques est intervenu sur différents sujets :
- déontologie, cadre légal de travail et rôle du pôle « Grottes Ornées » ;
- identification des roches à l’échelle du paysage et d’un site ;
- risques naturels encourus par les sites rupestres : altérations météorologiques, structure rocheuse et chimie des roches ;
- risques naturels encourus par les sites rupestres : altérations biologiques ;
- risques anthropiques ;
- comment réaliser un bilan sanitaire ?
Les 9, 10 et 12 novembre ont été consacrés à l’étude de 2 sites : Chikupo (localisé à côté du village de Masembura, dans les environs de Bindura) et Mamuanga (aussi connu sous le nom de Makumbe, localisé à proximité du village de Chinamhora, dans le district de Goromonzi (FIG. 1). Sur le site de Chikupo, les participants ont été divisés en groupe afin de réaliser la description archéologique et le bilan sanitaire de chaque zone. Ils ont ensuite restitué oralement leur travail sur le site. Sur le site de Mamuanga, il n’y a pas eu de travail en groupe étant donné l’état du site qui est très endommagé.
La matinée du 12 novembre a été consacrée à la présentation de chaque groupe de travail sur le site de Chikupo, le pôle « Grottes ornées » a présenté un bilan sanitaire global des sites. La représentante de l’UNESCO (Mme Yvette Kaboza) ainsi que le représentant de l’Ambassade de France (M. Laurent Godefroy) ont clôturé cet atelier.