SAMIA

Stone Ageing Monitoring and Imaging by Acoustics

Le marbre de Carrare est le matériau le plus présent dans la statuaire du parc du château de Versailles. Cependant son altération est telle que les gestionnaires doivent régulièrement mettre les statues originales à l’abri. Les pathologies rencontrées sont de trois types : érosion superficielle avec perte spontanée de cristaux de marbre, appelée sur place “ érosion saccharoïde ”, désagrégation granulaire profonde et fissuration. Les critères déterminant la mise à l’abri sont majoritairement basés sur une estimation des cinétiques d’altération.

L’équipe en charge du suivi de la statuaire évalue empiriquement cette cinétique par des observations à l’oeil nu, à la loupe binoculaire, ainsi que par des macrophotographies et très occasionnellement par des mesures de vitesse du son. Ces outils ne sont cependant pas suffisants pour, d’une part évaluer précisément et de façon spatialement résolue la perte de cohésion interne, dont on sait qu’elle peut être très forte malgré un état de surface correct, et d’autre part, pour mesurer rapidement et précisément des évolutions minimes mais constantes des états de surface.

Mené avec les conservateurs et les restaurateurs du château de Versailles en collaboration avec les laboratoires SATIE, GEC, et LRMH, le projet SAMIA contribue à répondre à ces questions en développant, en parallèle et en comparaison avec des méthodes existantes, des méthodes non destructives d’évaluation des états de surface et de profondeur du marbre.

Collaboration : laboratoire SATIE UMR CNRS 8029 (Loïc MARTINEZ (directeur de thèse) et Nicolas WILKIE CHANCELIER), Laboratoire de géosciences et environnement, Université de Cergy-Pontoise (Ronan HÉBERT)

Personnel permanent : Véronique VERGÈS-BELMIN, Jean-Didier MERTZ

Doctorant : Mohamed EL BOUDANI

Financement : LabEx PATRIMA

Durée : septembre 2013 – septembre 2016