Renforcements des structures bois par tiges collées

Impact des conditions de conservation

La réparation ou le renforcement d’éléments de structures bois repose actuellement sur la technique du collage structural, impliquant une connaissance précise de la tenue mécanique des joints collés et une mise en oeuvre formalisée et réglementée. À ce jour, la technique des goujons collés (tiges d’acier, fibres de verre ou de carbone collées au sein du bois) est de plus en plus utilisée, car elle présente de nombreux avantages (aspects esthétiques et bonne conservation du bois originel sain). Les études en la matière ont permis de proposer un large ensemble de procédés de caractérisation et de dimensionnement, sans pour autant donner un socle commun pour l’évaluation de la performance mécanique de tels assemblages. L’intérêt des travaux actuels est de fournir aux professionnels de la filière des outils de prédiction plus robustes permettant de s’assurer de la fiabilité de ces assemblages en fonction de leurs paramètres physiques et de leurs conditions de conservation, par le biais d’abaques de dimensionnement. L’utilisation de plus en plus fréquente des goujons collés en structure, suscite également des interrogations sur le comportement thermique de tels assemblages vis-à-vis d’une situation accidentelle comme un incendie. L’approche proposée dans la présente étude repose sur le couplage et le dialogue permanent entre tests expérimentaux et modélisation numérique par éléments finis.

Collaboration : Institut d’ingénierie et de mécanique de Bordeaux (Stéphane MOREL, Jean-Luc COUREAU, Philippe GALIMARD), Fédération industrie bois construction (Dominique MILREUX, Thomas FERET), RBR (Association des entreprises travaillant sur le renforcement de structures bois par tiges collées)

Personnel permanent : Emmanuel MAURIN

Doctorant : Julie LARTIGAU

Financement : Thèse CIFRE et subvention LRMH

Durée : 2010-2013