Thermographie infrarouge stimulée appliquée à la détection et à la caractérisation d’altérations structurales de peintures murales du patrimoine

  • Doctorant : Kamel Mouhoubi
  • Ecole Doctorale : Université de Reims Champagne-Ardenne - Sciences technologie santé
  • Pôle(s) scientifique(s) : Peinture murale et Polychromie

Sujet et description

Financement : -

La thermographie infrarouge stimulée (radiométrie photothermique) repose sur l’analyse, à l’aide d’une caméra thermique, de la réponse en température ou en flux d’un échantillon préalablement excité par une source de chaleur contrôlée. La présence de défauts se traduit par l’apparition au cours du temps de zones d’échauffements localisées : l’analyse de la cinétique d’échauffement et de refroidissement de ces zones d’anomalies permet de caractériser ces défauts, qui peuvent être liés à la profondeur par exemple.

Cette étude a pour objectif de développer des méthodes d’analyse et de caractérisation des défauts structurels de peintures murales s’appuyant sur la thermographie infrarouge stimulé. Pour cela, un certain nombre de techniques et de traitements de contrôle non destructif reposant sur cette méthode ont été mis à disposition des équipes de restauration du patrimoine, afin de permettre la détection et la caractérisation des défauts présents sur des œuvres d’art. À l’aide d’une excitation photothermique distante et d’un outil d’analyse développé en laboratoire, il a fallu déterminer la structure sous-jacente du matériau étudié, repérer précisément ses défauts et les mesurer. Dans ce contexte, de précédents travaux avaient attestés de la pertinence de cette approche : en effet, la démonstration a permis de déduire qu’il était possible d’analyser des matériaux fragiles de façon fiable et sans contact, axe qui pourrait être généralisé par l’élargissement de ses domaines d’application, qu’ils soient industriels, culturels, médicaux ou autres, ainsi que par l’amélioration de sa précision. Du fait de l’étendue de son expertise, le LRMH a été le seul partenaire de ce projet européen qui soit impliqué dans l’évaluation de ces nouveaux consolidants sur les quatre types de substrats étudiés dans le projet (pierre, peinture murale, bois et verre).

Direction : Thierry DUVAUT

Partenaires : CICRP (Jean-Marc VALLET), Université de Reims Champagne-Ardennes (Jean-Luc BODNAR), LRMH (Vincent DETALLE)

Collaboration : -

Encadrement : -

Durée : 2012-2015

Date de soutenance : 28 novembre 2016