Microbiologie

Le travail du pôle « microbiologie » est axé essentiellement sur la caractérisation, la nature, les causes des développements des microorganismes et les altérations engendrées par ces derniers sur les matériaux du patrimoine.

Une large gamme de microoganismes est concernée tels que les bactéries, les champignons (moisissures et champignons lignivores), algues et lichens.

Il s'agit d'un pôle transversal, puisque les microorganismes sont capables de se développer, sous des formes diverses, sur tous les matériaux constitutifs des biens patrimoniaux (pierre, béton, peinture, bois, textile, papiers…).


Recherches

► Détection rapide des contaminations par la voie des composés organiques volatils d’origine microbienne

► Utilisation de rayonnement UV-C biocide comme alternative aux traitements chimiques dans le contrôle et l’éradication des micro-algues

► Développement de couches antibiofilm à partir de glycolipides fonctionnalisés d’origine biologique : études fondamentales d’adsorption sur silice et application dans la protection de matériaux d’intérêt historique

► Phénomène d’oxydation et de réduction du manganèse dans les vitraux

► La biominéralisation appliquée aux monuments historiques

► Les méthodes préventives pour stabiliser l’hygrométrie dans les vitrines installées dans des environnements où le climat est instable

► L’étude des matériaux organiques (consolidant des grisailles et des verres, collage de verre) utilisés au cours des restaurations

Projets / études de cas

Les études de cas, sont demandées aussi bien par des interlocuteurs extérieurs que par les autres pôles du Laboratoire, sont axées sur l’identification des microorganismes sur tous les supports (bactéries, champignons supérieurs, moisissures, algues, lichens), sur des tests, propositions de traitement, et sur les moyens à mettre en œuvre pour la bonne conservation des œuvres ainsi que sur le suivi de la contamination biologique de sites, telles les grottes ornées. Ces études de cas comportent deux volets :

Volet in situ :

  • l'évaluation de la nature et de l'ampleur du phénomène d'altération biologique ;
  • le repérage des différents supports touchés ;
  • la sélection du mode de prélèvement suivant l'altération et le type de microorganisme suspecté.

 

Volet en laboratoire :

  • numération des espèces ;
  • identification des souches ;
  • établissement d'un antibiogramme qui permet de sélectionner les produits biocides spécifiques à mettre en œuvre.

Le pôle microbiologie consacre une part importante de son activité au suivi sanitaire des grottes ornées.




L'équipe


Thèses