La finition des fontes d’art

Au cours de ce travail, un essai de définition des différentes possibilités que sont le « bronzage », le « bronzé », la « bronzure »... a été tenté, tout en gardant à l’esprit que la séparation n’est pas si claire dans les ouvrages anciens. Une seconde partie concerne les paillettes et poudres métalliques, méthodes de fabrication, mode d’utilisation et paramètres du rendu esthétique de ces revêtements. En effet, outre la variabilité des compositions élémentaires observées lors des analyses, on constate différentes morphologies et orientations de ces paillettes. On cherche donc à relier la technique de fabrication de ces revêtements et aspects de finition de la surface des sculptures en fonte. En effet, le rendu optique des pigments métalliques est basé sur la réflexion de la lumière et, de ce fait, est différent de celui des pigments traditionnels à interférence. Cette réflexion est superposée à une diffusion de la lumière plus ou moins importante qui donnera une variété de brillance ainsi qu’un effet deux tons ou effet « Flop » (variation de la clarté d’extrêmement clair à très foncé en fonction de l’angle d’observation). Les paramètres influençant le rendu d’un pigment métallique sont le diamètre moyen, la morphologie, la distribution et l’orientation des particules dans la peinture. D’un côté, un pigment métallique peut être pelliculant, c'est-à-dire que les particules sont regroupées à la surface et parallèles à celle-ci. Le revêtement est alors très brillant, et les particules seront probablement plus facilement corrodées et abrasées. D’un autre côté, le pigment peut être non pelliculant, ce qui signifie que les particules sont dans le vernis, l’aspect sera métallique et coloré et certainement plus résistant aux altérations. Dans nos observations, le classement dans l’une ou l’autre des catégories, est complexe car nous travaillons sur des échantillons vieillis, usés. De plus, l’effet pelliculant est directement lié au produit utilisé lors de la préparation de ces poudres en particulier lors du polissage. L’aspect économique joue également un rôle sur le choix des revêtements employés comme en témoignent les recherches réalisées sur les décors de l’opéra Garnier et les éléments chiffrés trouvés dans des catalogues de fondeurs.

Collaboration : projet interne

Personnel permanent : Annick TEXIER

Durée : pluriannuelle