Les façades enduites au plâtre d’Île-de-France. Le déclin du plâtre extérieur, du XVIIe au XXe siècle

  • Doctorant : Tiffanie Le Dantec
  • Ecole Doctorale : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Laboratoire de l'école d’Architecture de Versailles (LéaV)
  • Pôle(s) scientifique(s) : Pierre

Sujet et description

Financement : Thèse CIFRE, DRAC Poitou-Charentes et ANRT

Les enduits, souvent qualifiés d’ouvrages constructifs mineurs, sont peu étudiés et le plâtre reste un matériau encore ignoré. Cependant, grâce à l’abondance de bancs de gypse affleurant tout le bassin parisien et l’Île-de-France, une grande partie du bâti historique offre encore à la vue des passants des façades enduites en plâtre datant du XVIIe siècle au milieu du XXe siècle : en effet, le plâtre est l’un des matériaux les plus utilisé dans la construction francilienne et l’un des plus visibles. L’utilisation précoce et abondante de ce matériau dans la construction constitue le signe d’une véritable culture du plâtre dans cette région.

Ce projet de doctorat en architecture est né de la rencontre de deux laboratoires de recherche spécialisés : le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), et le Laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (LéaV). Son objectif est de conduire à une meilleure compréhension de l’enduit traditionnel en plâtre des façades, constitué d’un matériau aussi résistant que pérenne, et d’initier des solutions pour des actions de protection et de restauration à long terme. À travers l’analyse d’un corpus de soixante édifices, soit une centaine de façades décrites puis intégrées à une base de données et à un système d’information géographique (SIG), ce projet explore le déclin de l’utilisation du plâtre en façade et étudie les enduits utilisés, selon une double approche qui allie la matière (provenance et traitement des gypses, caractérisation du matériau, mise en œuvre, pathologie, etc.) et les « règles de l’art » dans la conception architecturale, l’utilisation fonctionnelle et ornementale, ainsi que l’histoire de la restauration des enduits au plâtre. Grâce aux résultats croisés (matériaux, architecture) de la recherche, établis en synergie de compétences, ont pu être établies des prescriptions pour la restauration des anciens enduits et pour la mise en œuvre d’enduits de façade saine et durable en plâtre à Paris.

Direction : Nadia SALLÉ-HOYET (École nationale supérieure d'achitecture de Versailles - Léav), Jean-Claude YON (UVSQ - CHCSC)

Partenaires : Musée du plâtre de Cormeilles-en-Parisi : Vincent FARION, Ville de Versailles : Christophe GUEGAN, Fonds de dotation du Crédit Agricole

Collaboration : -

Encadrement : Véronique Vergès-Belmin (LRMH)

Durée : 2015 - 2018

Soutenance : 10 janvier 2019