Étude du phénomène de brunissement des vitraux médiévaux

Les vitraux du Moyen Âge, dont les pièces de verre contiennent du manganèse, sont fréquemment atteints d’une pathologie communément appelée « brunissement ». Ce phénomène, qui se traduit par la présence de taches brunes riches en manganèse en surface ou subsurface du verre, n’est pas parfaitement compris à ce jour. La perte totale de transparence du verre et l'impossibilité de lecture de l’oeuvre qui en découlent font du diagnostic et du traitement de ce phénomène des enjeux fondamentaux pour la conservation-restauration des vitraux en France et au niveau mondial. Actuellement, l’absence de traitement est préconisée, ce qui ne satisfait ni les architectes, ni les conservateurs.

Afin de répondre à leurs attentes, deux axes de recherche ont été développés :

  • la compréhension des processus physico-chimiques mis en jeu dans le phénomène de brunissement ;
  • et la recherche de traitements efficaces, non dommageables pour le verre et durables. Pour cela, plusieurs programmes de recherche et collaborations ont été mis en place.

 

Programmes de recherche :

Le phénomène de brunissement des vitraux médiévaux : critères d'identification et nature de la phase d'altération

Étude du PHEnomène de Brunissement de vitraux médiévaux : facteurs d'influence et mécanismes élémentaires (EPHEB)

Réduction du manganèse oxydé des vitraux par extraits cellulaires de Shewanella frigidimarina