Développement de couches antibiofilm à partir de glycolipides fonctionnalisés d’origine biologique

Études fondamentaux d’adsorption sur silice et application dans la protection de matériaux (roche calcaires, bétons) d’intérêt historique

La protection des matériaux du patrimoine vis-à-vis des micro-organismes est un défi permanent pour tous les microbiologistes. Dans le cadre de cette thèse, les propriétés biocides à impact environnemental réduit de plusieurs glycolipides naturels d’origine microbienne sont étudiés et cela à des fins de protection de la surface des matériaux du patrimoine historique français.

Le but de la thèse est multiple : étudier en détail les interactions entre glycolipides et les différents matériaux ; comprendre le comportement des micro-organismes sur les surfaces modifiées par les glycolipides ; tester les propriétés biocides sur des substrats modèles et sur des substrats réels.

L’étude porte surtout sur une caractérisation fine des interactions entre glycolipides et surface. L’accessibilité des carbohydrates est particulièrement évaluée et, dans la phase finale du projet, l’efficacité de la couche protective vis‐à‐vis des actions antimicrobiennes ainsi que les mécanismes d’interaction entre glycolipides et microorganismes sont étudiés.

Collaboration : Laboratoire de réactivité de surface, UPMC-CNRS, Paris (Vincent HUMBLOT), Laboratoire de chimie de la matière condensée de Paris, UPMC-CNRS-Collège de France, (Niki BACCILE)

Personnel permanent : Faisl BOUSTA, Geneviève ORIAL

Doctorant : Claire VALOTTEAU

Financement : LabEx Matisse : Axes 3 et 2. Thématiques : Interfaces, transport, reactivity in natural media et Multifunctional materials and environment

Durée : 2012-2015