Comprendre le phénomène du brunissement des verres médiévaux : impact des bactéries sur la dissolution du manganèse dans la matrice vitreuse

  • Doctorant : Valentina Valbi
  • Ecole Doctorale : UPEM-LGE
  • Pôle(s) scientifique(s) : Vitrail

Sujet et description

Financement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Sous l'effet de l’environnement, les verres des vitraux médiévaux peuvent développer plusieurs pathologies. Parmi elles, le brunissement consiste en la présence de taches brunes riches en manganèse à la surface du verre. L’apparition de ces taches brunes est un phénomène physico-chimique complexe et mal compris, on lui prête notamment une origine microbiologique. La compréhension de ces mécanismes étant fondamentale pour une meilleure conservation des œuvres, ce projet a pour but d’améliorer la connaissance sur le processus de brunissement.

Pour aller plus loin dans la compréhension de ce phénomène, ce projet se propose de développer deux axes scientifiques ayant pour objectifs de reproduire la pathologie au laboratoire et d'identifier les paramètres influents et les mécanismes responsables de son apparition. Afin de mener à bien ces objectifs dans un laps de temps compatible avec la durée d'un travail de thèse, nous proposons de nous éloigner du système réel afin d'accélérer les processus d'altération et de mise en place des taches brunes. Axe 1 : Étude de la cinétique d'altération et du relâchement du Mn de verres modèles en solution en présence ou non de microorganismes. Axe 2 : Etude du comportement et du transport du Mn au sein de la couche d'altération à l'aide d'expériences de percolation d'une solution riche en Mn.

Direction : Stéphanie ROSSANO (LGE)

Partenaires : LRMH

Collaboration : LRMH

Co-encadrement : Claudine Loisel (LRMH)

Comité de suivi au LRMH : Barbara Trichereau (LRMH)

Durée : 2017-2020

Date de soutenance : -