Auscultation ultrasonique

Le laboratoire possède un auscultateur dynamique, modèle AU2000, conforme aux normes NF P 18- 418 et NF EN 14579 sur l’auscultation sonique. Cet appareil permet de déterminer la vitesse du son par la mesure du temps de propagation. L’onde sonique se propageant préférentiellement et plus rapidement dans les solides, l’auscultation des matériaux de construction tel que béton, maçonnerie, pierre, bois, permet d’apprécier la compacité du milieu poreux. Grâce à ces mesures il est possible de déterminer la qualité d’un matériau et de rechercher des zones d’hétérogénéités, de vides, de fissures ou ayant subits des dégâts.


Matériel utilisé

Ausculteur dynamique pour la mesure de la propagation du son (AU2000 de Ginger CEBTP)

Principe de fonctionnement

L’appareil est équipé d’un générateur d’ultrason dont l’onde qui est émise par l’un des deux transducteurs a une fréquence de 60kHz. L’émission de l’onde est manuelle et doit durer une dizaine de secondes. La récupération du signal se fait par un second transducteur. La visualisation du signal récupéré se fait sur un écran LCD qui présente l’intensité en fonction du temps. L’allure du signal peut informer sur l’hétérogénéité du matériau. La mesure du temps de propagation (t) s’affiche en haut à gauche et correspond au début de l’onde. Il est possible de déplacer le curseur pour ajuster le temps de propagation. La disposition des deux transducteurs pour la mesure de la vitesse du son est essentiel. La mesure doit se faire avec une propagation traversante en ligne droite et le contact des transducteurs doit se faire sur une surface plane avec un matériau de couplage (gel) et pression constante. La distance de parcours (d) doit être précisément déterminée pour obtenir la vitesse du son (V = d/t). Un certain nombre de mesures doit être répétées pour avoir un résultat statistiquement fiable. D’autres géométrie de mesures sont possibles mais ne permettent pas d’apprécier les mêmes phénomènes. Les mesures de vitesse du son sont à utiliser comme valeurs comparatives. Par exemple, avec les caractéristiques connues d’un matériau sain, une estimation de l’état de dégradation globale est possible, notamment avec un suivi dans le temps. Ce dernier point permet également de juger du bon fonctionnement d’un traitement, notamment lorsqu’il s’agit de consolidant censé remplir les vides du matériau et donc augmenter sa compacité.